Le poème du mois / Decémbre 2017 : Depuis des siècles les oiseaux nous hèlent /...


Lire la suite...

Le livre du mois / Décembre 2017 : Le Rideau de fer / Milorad Pavić

LE LIVRE DU MOIS : DECEMBRE 2017


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 20-21 / 2017

SERBICA


Lire la suite...

Vladeta Jerotić : Rencontres avec Isidora Sekulić

♦ articles - critiques - essais ♦ Vladeta Jerotić Rencontres avec Isidora Sekulić Vladeta Jerotić


Lire la suite...

Interview / Isidora Sekulić : J'avais tout préparé pour me pendre...

Isidora Sekulić


Lire la suite...

Isidora Sekulić : Les notes d'une balkanophile

♦ Archives ♦ NOTES D’UNE BALKANOPHILE Essais d’Isidora Sekulić sur les Balkans traduit par Milan Djordjević (Textes extraits du livre : Balkan / Les Balkans, édition bilingue serbe...


Lire la suite...

Svetlana Velmar-Janković : Isidora Sekulić, notre contemporain

♦ articles - critiques - essais ♦ Svetlana Velmar-Janković Isidora Sekulić, notre contemporain


Lire la suite...

De l’héritage littéraire de Svetlana Velmar-Janković / Avant-propos - par Alain ...

♦ articles - critiques - essais ♦ De l’héritage littéraire de Svetlana Velmar-Janković Avant-propos par Alain Cappon


Lire la suite...
01234567
  
Stojicic Milenko
 

 
 
 
 


II


LE POÈME DU MOIS : FEVRIER 2017

 

 

MILENKO STOJIČIĆ
(1956)

 

 

DIEU A L'IMPRIMERIE,
DOUX JESUS

 

Le crayon picote, s’enfle le papier,
Tinte la machine à décrire la douleur.
A l’imprimerie, tel livre parvient avec précaution
à la maturité de la forme.
 
Alerte parmi d’obscures artistes,
alchimistes de l’or dans le plomb !
 
On attend que Hristan publie officiellement
ses erreurs et qu’il soit reçu
dans la Société des Gens de lettres.
 
Post scriptum

Ô saine écriture,
ô joie du poème,
ô liturgie
de papier !
 

Traduit du serbe par Boris Lazić


МИЛЕНКО СТОЈИЧИЋ

 

БОГ У ШТАМПАРИЈИ,
МИЛИ БОЖЕ


Оловка жига, лист се надима,
звони писаћа машина за боловање.
У штампарији књига њежно
доведена до зрелости форме.
 
Узбуна међу црним умјетницима,
алхемичарима злата у олову.
 
Чекамо Христана да сјајне своје грешке
званично објави, и примљен буде
у Удружење Књижевника.
 
Post scriptum
   
Здравље писања,
срећа пјесме,
литургија на
папиру!


Tous les mois <

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.