S_-_modle

*

Direction

Milivoj Srebro
fondateur et directeur scientifique
Université Bordeaux Montaigne

Rédacteurs

Boris Lazić
INALCO, Paris

Alain Cappon
traducteur, Vernantes

*

Gestion et animation du site

Andja Srdić Srebro
Université Bordeaux Montaigne

*

Commité de lecture

Alain Cappon
traducteur, Vernantes, France

Sava Damjanov
Université de Novi Sad, Serbie

Boris Lazić
INALCO, Paris, France

David Norris
University of Nottingham,
Grande-Bretagne

Milivoj Srebro
Université Bordeaux Montaigne France

*

Comité scientifique

Boško I. Bojović
EHESS, Paris
Institut balkaniques, Serbie

Sanja Bošković
Université de Poitiers

Sava Damjanov
Université de Novi Sad, Serbie

Maryse Dennes
Université Bordeaux Montaigne
France

Marija Džunić-Drinjaković
Université de Belgrade, Serbie

Dušan Ivanić
Université de Belgrade, Serbie

Vesna Matović
Institut de la Littérature et des Arts, Belgrade, Serbie

David Norris
University of Nottingham
Grande-Bretagne

Jelena Novaković
Université de Belgrade, Serbie

Mladen Šukalo
Université de Banja Luka
Bosnie-Herzégovine

Paul-Louis Thomas
Université Paris IV, France

*

Relecture des manuscrits

Aline Marsiquet

Armelle Meyer

Andja Srdić Srebro

 

*

Réalisation technique

DSI
Université Bordeaux Montaigne

Jean-Michel Baudequin

Élise Chomienne

Francis Feytout

Lionel Cazaux 

SERBICA

PROJET, ÉQUIPE, PARTENAIRES

 


Plus d’un siècle et demi s’est écoulé entre l’engouement suscité dans l’Europe romantique par la poésie populaire serbe recueillie par Vuk Karadžić, et le « couronnement » à Stockholm, en 1961, de l’unique prix Nobel serbe et yougoslave – Ivo Andrić.

Plus d’un siècle et demi s’est également écoulé entre le « coup » ingénieux de Prosper Mérimée avec son célèbre canular La Gouzla et le « coup médiatique » suscité récemment par le fameux Dictionnaire khazar de Milorad Pavić.

Depuis plus d’un siècle et demi dure donc l’aventure de la littérature serbe en France, une aventure qui est passée par différentes étapes et a connu des hauts et des bas. Durant cette longue période, le statut et l’image de cette littérature dans l’Hexagone ont aussi changé. Mais pas autant qu’on aurait pu le supposer !  Certes,  la littérature serbe qui a eu, on l’a vu, ses heures de gloire en France – plutôt rares, il est vrai – n’est plus considérée comme une « rareté exotique ». Mais la « révolution copernicienne », tant espérée par les francophiles serbes, n’a pas eu lieu!

Pour être plus précis et plus juste aussi, reconnaissons que la réception de la littérature serbe en France ne fait pas figure d’exception et qu’elle a suivi un parcours à bien des égards similaire à celui de beaucoup d’autres littératures étrangères considérées comme « petites » ou « mineures » : un parcours en dents de scie où se succèdent de longues périodes de sécheresse et de rares (et brèves !) périodes de fécondité où l’on découvre avec un émoi qui frise la fascination un livre « surprenant » ou un écrivain « hors du commun » venant de cette littérature, pour, ensuite, les oublier complètement jusqu’à une prochaine « redécouverte ».

Sans sombrer dans un fatalisme béat, force est pourtant de constater que c’est là tout bonnement, en France comme partout ailleurs dans le monde, le destin d’une « petite littérature » : malgré les œuvres authentiques qu’elle produit et qui, aux yeux des critiques étrangers, constituent à chaque fois une surprise, pour ces derniers elle n’en demeure pas moins toujours « mineure ».

Ce statut de la littérature serbe dans l’Hexagone – statut peu enviable d’une « petite » littérature s’exprimant dans une langue « non-universelle » (!) et qui, de surcroît, reste à la marge de l’intérêt des chercheurs français, y compris des comparatistes – se reflète également dans cette évidence qui ne peut que surprendre : de nos jours, en ce début du XXIe siècle, il n’existe toujours pas en France d’ouvrages de référence (manuel, histoire de la littérature, dictionnaire des écrivains, ou autres) se rapportant à cette littérature ni de revue spécialisée qui lui serait consacrée !

C’est précisément pour pallier ce manque criant mais aussi pour conjurer le sort et dissiper le fatalisme ambiant qui gagne de plus en plus certains spécialistes de la littérature serbe – enseignants, chercheurs et traducteurs qui sont las de lutter contre vents et marées – que nous avons décidé de franchir le pas et de concevoir le projet Serbica.


*     *     *

Tout en tirant profit des possibilités technologiques offertes par « l’ère de l’internet », Serbica est conçu comme une base de données qui se donne pour ambition d’atteindre, à l'avenir, l’ampleur d’une véritable encyclopédie spécialisée. Destiné à un public divers – étudiants, enseignants, chercheurs, éditeurs, critiques littéraires… mais aussi à tous les esprits curieux, passionnés par la lecture et la découverte – le projet vise plusieurs objectifs dont, surtout, celui d’offrir la possibilité à toute personne le désirant une source, solide et fiable, d’informations diverses en lien avec la littérature serbe.

Ainsi, en consultant ce site, les usagers pourront non seulement trouver toutes les références bibliographiques (en français) se rapportant à la littérature serbe, mais aussi approfondir leurs connaissances sur les écrivains principaux, les œuvres majeures de cette littérature ainsi que sur ses courants littéraires dominants. Les chercheurs non-spécialistes et toutes les autres personnes intéressées mais ne parlant pas le serbe auront de surcroît l’opportunité d’accéder, par l’intermédiaire de traductions, à un important corpus de textes littéraires qui ont façonné, à travers les siècles, le mode de pensée et plus largement la culture serbe. Enfin, à l’intention des éditeurs avides de découvertes, Serbica se propose également de leur suggérer, en vue d’une éventuelle publication, des ouvrages d’écrivains classiques serbes encore ignorés en France ou ceux de nouveaux talents inédits en français. (Des informations plus complètes sur le programme du site sont données dans des notices explicatives disponibles à « l’entrée » de chaque rubrique.)

Pour mener à bien ce projet, nous avons réuni une équipe de collaborateurs compétents, composée d’enseignants, de chercheurs, de traducteurs, et d’autres spécialistes de la langue et de la littérature serbes (voir la liste complète dans la colonne droite de l’écran). Cette équipe, qui possède une dimension déjà internationale, devrait naturellement s’élargir à l’avenir vu l’ampleur du projet Serbica et des objectifs visés. D’ailleurs, la constitution d’une équipe plus large, de collaborateurs venant de zones géographiques différentes,  nous permettra non seulement d’assurer une plus étroite collaboration entre les slavisants des universités françaises et étrangères, mais aussi de faire de notre site une base de données référentielle (pour l’aire culturelle concernée) tant au niveau national qu’international.

*     *     *

Née par nécessité mais conçue avec soin et compétence, Serbica est l’œuvre collective d’un groupe d’enthousiastes – traducteurs et chercheurs travaillant en France ou à l’étranger – qui ont entrepris un travail entièrement bénévole pour mettre leur savoir au profit d’un projet commun.

Leurs efforts et leur dévouement n’auraient toutefois pas pu porter leurs fruits sans le soutien  des partenaires de Serbica : l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, qui nous a fourni une aide précieuse dans la construction et l’hébergement du site, et le Ministère de la Culture de la République de Serbie qui nous a fait savoir qu’il soutiendra le futur développement de notre projet.

Serbica n’est, pour l’instant, qu’un édifice virtuel dont ne s’aperçoivent que les fondations et quelques pierres angulaires… Mais dans un avenir proche déjà, Serbica sera pleinement à même de relever le défi, de mettre en valeur le potentiel intellectuel de ses collaborateurs, de raviver l’enthousiasme des traducteurs lassés par l’incompréhension des éditeurs, et de rendre la littérature serbe plus accessible à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances dans ce domaine ou, simplement, découvrir une littérature d’Europe, et européenne, mal connue, voire méconnue en France.

*     *     *  


logo2

                      

 

S_-_modle__lenvers

*

Nos partenaires

Université
Bordeaux Montaigne

EA 4593 CLARE

Minstère de la culture
République de Serbie

Maison des Sciences 
de l'Homme d'Aquitaine

*

Collaborateurs permanents /
Auteurs des articles

Sava Andjelković
Université Paris IV

Jelena Antić
Université Lumière Lyon 2 

Maria Béjanovska
traductrice, Paris

Boško I. Bojović
EHESS, Paris
Institut balkaniques, Serbie

Sanja Bošković
Université de Poitiers

Alain Cappon
traducteur, Vernantes

Marija Džunić-Drinjaković
Université de Belgrade, Serbie

Boris Lazić
INALCO, Paris

David Norris
University of Nottingham
Grande-Bretagne

Jelena Novaković
Université de Belgrade, Serbie

Vladislava Ribnikar
University of Nottingham
Grande-Bretagne

Andja Srdić Srebro
Université Bordeaux Montaigne

Milivoj Srebro
Université Bordeaux Montaigne

*

Liens externes

♦ France ♦

Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine

Le blog de la Section d'études slaves de Bordeaux 3

CERCS

Centre culturel de Serbie, Paris

L'Age d'Homme

Gaïa Editions

Vox Poetica

Blog de Boško I. Bojović

Blog de Maria Bejanovska

Maison d'Europe et d'Orient

http://aleksandarpetrovic.org/

Banatika Traductions


♦ Serbie ♦

Bibliothèque Nationale de Serbie

САНУ
(Académie serbe des sciences
et des arts)

Матица српска

Институт за књижевност и уметност

Institut français de Serbie

Сербика

Knjižara.com