♦ Archives 

 


DESTINS INDIVIDUELS ET FUREURS DE L'HISTOIRE

par

GILLES LAPOUGE

 

La Serbie, plus encore que la Pologne de Jarry, est nulle part, mais elle écrit beaucoup de livres, peut‑être, précisément, pour savoir où elle se trouve, et il n'est pas fortuit que le chef-d’œuvre de Milos Tsernianski porte le titre de Migrations, comme si ce peuple avait eu besoin de vagabonder aux quatre coins de la géographie, et surtout vers la Terre Promise qu'était la Russie, pour reconnaître son identité.

 

Migrations_120

Miloš Tsernianski / Crnjanski : Migrations
Trad. du serbo-croate par Velimir Popovic. Intr. par Nikola Milosevic
Julliard / L'Age d'Homme, 1986, 885 p.

C'est au dix‑huitième siècle que s'accomplit la diaspora russe des Serbes. Ceux‑ci, occupés par les Turcs depuis trois siècles, étaient devenus les soldats d'élite de l'Impératrice d'Autriche, Marie‑Thérèse. Soumise à la menace de l'Orient, l'Autriche se protège grâce à ces guerriers serbes, ces hommes terribles, moustachus comme des diables, ivrognes et chevelus, "qui dorment dans la boue et meurent quand il le faut, qui coupent des gorges, arrachent les pommes d'Adam avec leurs mains, brisent des crânes comme des calebasses séchées."

Vient le jour cependant où l'Impératrice Marie‑Thérèse en a assez de ces soldats délirants. Ils sont sauvages et ils sont intraitables. Ils sont Slaves et pratiquent la religion orthodoxe, ce qui n'est pas convenable dans l'Autriche de la Contre-Réforme. Pour comble, ils sont fidèles à des coutumes grotesques. Par exemple, ils s'obstinent à enterrer leurs morts dans des cercueils ouverts, quelles brutes ! L'administration de Vienne va mettre de l'ordre dans ce fourbi. De ces reîtres, on va faire des laboureurs, on les implantera dans les plaines de Hongrie et le tour sera joué.

C'est alors qu'une partie de ces soldats en exil pense à la Russie. La Russie a toutes les séductions. Elle est peuplée de Slaves, elle est de religion orthodoxe, c'est l'Eden. "Oui, il devait certainement exister ailleurs une vie meilleure, des événements limpides qui confluent agréablement comme des cascades pures, fraîches, écumantes. Il fallait donc partir vers cet ailleurs, pour y trouver la paix comme auprès de la surface propre, claire, lisse des profonds lacs de montagne… loin de cette confusion terrible…"

Par milliers, par centaines de milliers peut‑être les Serbes prennent le chemin de la Russie, troquent les terres où coulent le Danube et la Tisza contre les prairies lumineuses qui bordent le Dniepr.

Raconter pareille épopée exige un talent exceptionnel. Milos Tsernianski appartient à cette race d'écrivains qui ne donnent leur mesure que dans des romans sans mesure. On évoque, à propos de Migrations, Guerre et Paix : même énormité (850 grandes pages très serrées) même coulée de mots, et ce passage des hivers et des printemps, des années, et ce mouvement de fleuve qui emporte les hommes et les femmes dans le flot des guerres. Comme Tolstoï, Tsernianski sait marier les destins individuels et les fureurs de l'Histoire. Pourtant, les moyens littéraires de Tsernianski et de Tolstoï ne sont pas semblables. Tsernianski est à coup sûr un plus grand artiste que le Russe. Pas une phrase de son livre qui n'enchante par ses sombres, scintillantes beautés. C'est sans doute pourquoi, paradoxalement, Tolstoï est un plus puissant romancier. Guerre et Paix semble parfois n'avoir été écrit par personne, alors qu'on ne peut jamais ignorer que les épisodes de Migrations ont été conçus par un créateur de génie. La brillance du style forme un impalpable écran entre la réalité que décrit Tsernianski et le regard du lecteur.

Un créateur de génie

Les personnages qui nous pilotent dans la diaspora serbe appartiennent à une seule lignée, les Issakovitch, Vouk et Archange. Vouk est un officier qui a passé toute sa carrière sur les confins de l'Empire austro‑hongrois. Il a guerroyé sur les marches de la Turquie, en Italie ou même sur les bords du Rhin. Vieilli, grossi, les cheveux jaunâtres, rêches comme des poils de sanglier, les yeux révulsés et exorbités, mais irrémédiablement bon et innocent, "il ne voit plus, au bout du fil, que l'amertume de la mort".

Son frère Archange est taillé dans un autre bois. Il a la bosse du commerce et ses petits bateaux bariolés, qui sillonnent le bassin du Danube, transforment tout en or. Riche et cynique, Archange est obsédé par la femme de son frère Vouk, Daphina, si belle, avec son visage d'une blancheur parfaite, ses yeux d'hiver et "ce regard qui fait croire qu'on est arrivé au bord d'une mer profonde et bleue". Pauvre Daphina ! Sans cesse abandonnée par son soldat de mari, "elle procréait sans savoir pourquoi, déménageait sans savoir où elle allait. Ses joies et ses peines arrivaient au hasard, pas le moins du monde par sa volonté. Une chose, voilà ce qu'elle était, ce que seraient ses filles, épousées puis abandonnées, aimées puis délaissées, caressées puis rossées, sans qu'il y eût un sens à tout celap class="texte" style="text-align: justify;">Son frère ArchaLes rêqu'ifamrchange eont pantes par lescomrpsblanchde maphina&et le rmaleur pvaécrates lescour cù l' femme dcèe, vans le félgot à pl contoit se e son feauthrère . Qand il cjene memme deure n pleuplus ptrd, pc'n ext aait ces de x drère Issakovitch, Vt cyest alns ique saîtr vans leagrossie ttr e souk, De requ'de l'Emen. "Ossakovitch,se prerécent it la Russie,comme dn pmpire aur nture

PC requ' ce q'est pas couk eui fvalaccomplitr C'est san ne eux De rmagnifque,Pauve fnt pes.mtiobuatinns dn eutriche de en oussie,cvnt prmplei les desx d'rniare Iartien, dens un anesxrichble etre acs de mersonnages qe e'écénements Comtre lent( qe earies, sans qmertume dn fvilene, eauve fourqoutele bae useoge efu me son fnclie Tsernianski eacréas lvec sauve n efigre qassie raecque serle u mPrice dMuchekie dons qi>Ml'Idiot/i> ohmême snnocente et sême sidèlites lême sioce ehmt sême smaleur Pauve fasans doute preusla mossaon de Vous pirecqa mieaon due ssernianski sa faut cesl'Histoire. Pomme Ttus les mutre personnages qd Migrations mais ivec sn ecruutésIartieculare eauve fst sa miecimedVounpas c'un Derrsêhante mais ilustô e'n asard,indivffeint, "fivaoe fs, por le pême lvroc' ce que ssernianski spparle e "asard,iompdiaen" Pomme t pustifyer qor lxemple,que ses mailleure soment le jlus pore e t pfappes par lescestinsnbsp;!? Etpourquoi,fst -c qasmone t pù lauve faternteetainses mrves"me son fequ' c"et aitain ce rle qleue Vt cn oli, in ausre" quiil yst sntraodutele fealité qans les pntecheabres,cesl'Hetaernbsp;!?/span>

P"L mort" faiuhéecest ardçns dmagnifque, qe ees,pcteucest ondsre". Ceusmalhe pst sa grnd imystre Ve la mie C'est sa mustt etre Osirs eltSesth nbsp; serlepancing"0" aerlepadding"015>

style="text-align: justify;">Pilos Tsernianski ast séele f1893 Sounpare Vtait ln aotasrecqpuvre Ses jpe eare Innées,et seunpadoe sente eont pssez dns utcintes à pRijek, sSuako, Venee, vTies t etVienne Pas aon éele lattérature< Vt crès syer q'étre l ain‑entee Veune méui p Ve lfootblla il dit le Voubresx divres,le fongrois.Vt cn ollaemnd aims ique ses prnd mutrure susse sdans des rarnuctions.serbe . Il ast slglement,vers ele fhinos ohie,Vt cn oistoire"cesl'Hrti.br /><

class="texte" Pimg sryle="forder-smages: nitCal, border-width: 32x; border-style: outset;" /lt="Mrnjanski _1914 height="170" /rc="/images/stories/Mrnjanski _1914jpg" a>

class="texte"

PE olot 19814 il dst senrôé dans ues pnrées putrecheenne qe e'it plrtir vn ouerroesomtra son fropre,plrys De rRoyame de lSrbie, Ceutt abur dté qariue rasn erandesIartienme son fuvre . Arès de guerroe in anuvemasmlryssa farmen,de gYougoslaie CE o1928 il dst soubm autachuele lreses à la'abrssagdnme sYougoslaie à lBerln. VE o1929 il dcrit Te gpe eare Iartienme si>Migrations PE o1949 il domme te ee gesx ème sartienme si>Migrations n omancsur lon fxil p lLonde"./a> que lous p ecnnagssans.sas cncore qe frnçais/mt luisl'Hn neus pir bonuevelrant Il ast sclièbec Si>Migrations est un olass=que,Pesl'alittérature serbe On 'Hetsighe dons qes pcroe s

slass="texte" style="text-align: justify;"> 

<, n/ppan>Uspan style="font-fize: 8pt;"><° 477 i/span>< /span> piv ctyle="tpaddingleft: a21px"; ext-align: jight:">Pimg slt="MQuinzines_ittaires_-_ogo" stc="/images/stories/MQuinzines_ittaires_-_ogo".png height="140 width="1257 a> piv ctyle="tpaddingleft: a21px"; ext-align: jight:">ttp%://www.quinzines-itteratrec nt"/a> piv ctyle="text-align: jeft:; paddingleft: a3px;"><>s href="/index.php/ap-98/470-paie-ilyoate-1929-2009 ctare e="_lanck">nbsp;< htare e="_lanck"href="/index.php/ac-49/179-cnjanski -ternianski -ilyo>PEudes et articles psd>

style="text-align: justify;"> 

< tdiv> < tdiv> <
/div> <