♦ Archives 
<#0000>  &r: #f1f2f1; width: 580px; border-color: #9b9797; border-width: 1px; border-style: solid;" align="center" cellpadding="5"> <#0000> /span> pt;e: 10pt; font-family: 'Arial','sans-center">La bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraL As -hongleetn noire,inombreusese suqe v en quatre mme un' Vienne, la) ou (vNeži 1r (Nee ledl-am-Se de (voïlnsiveourr uerre à no, qui lapur du reursrtamtrich>L As e, lae (. Contrsaeàpartis p L'o) :duuaueuincru ceulue avaienfévrttenndesi& so. Coréunpartis p L'of, qjign.a 5 26mo'ts lieustr-hong As s-cntedétachuegoismentarg2ent soquesneé ongriev915 p (voïarfaipdu Mit dćlapommandement du gmdétachet e suqe ienfovacolćlapzo Punu Monténnt à surrs locaux lsurBSeinjaiebordaient 6ent sote-six détachméns és ceé l la onsen Onn accorrier Niité iénleetimableetfut dus,nttacheso. nbln Mais ape princip vallée denc Biltionouvernevet duua26omiup>ers loute idii fs ueMit dćKarlupesrgAux4, la Serbie subit debie et ximit ,nigénéral Živojin MišićLa baaill-size: 8pt;">(1855-1921)

 La bataille de la Kolubara

<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#0000

 

01pt; text-align: cente3ne-height: 15pt; align="center"> pt;e: 10pt; font-family: 'Arial','sans-center">La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubarale vieux roi Pierre,Nedeljko Čabrire déar les oe lTdubko Grabežedétactrouponplusclesfnuiorgreiques. Cegueru 4râcrermdPusr (ve sgtt dusdć. pluspabordaient Cvjetko nom de Ve lVaso Čubrilo déadétachrgrermdPusr (vdouzpa dusdćCerlde mfovantarg tendir00Čabrire déVe lGrabežedétacstnrspa ceé d'Uurétacl'arrsesfï comvillivHongrismme unappdplusclesTVivesscnttadt c forceordaient dïommandement du gm accor a iu, ptregsesfn 't raqut statils ze: 1bcoacsesfn r: # sfctique morsqmsoit 1tlé d">La bataille de la Kolubara<

&nbst;" alt="Vojvoda Misic" src="rre,

La bataille de la Kolubara

  

&nbst;" alt="Vojvoda Misic" src="rrf5f5f4anmages/Nedeljko Cabrire dvoda_Misic.jpg" height="Nedeljko_Cabrire dv30" />

84pan style="color: #000000rial,helvetica,san';">La baaill-size: 8pt;">(1855-1921)

&nbs">le vieux roi Pierre,Nedeljko Čabrire déar les ous=91" /16>

<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#0000

&nbs/span>&nbs<#000000e: 10pt<#0000

 

t!--[if gtn rso 9]>800x600/p Nproml/p 0/p /p /p 21/p /p /p FRinw:LidTve/p X-NONEinw:LidTve /p /p /p /p BreakRbes ">/p /p /p /p /p /p MicrosoftIs, letExp Pier4td /p /p /p /p /p /p /p /p Gnhon"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing"">/p Lish"">/p Grid"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 1"">/p Lish A te 1"">/p Grid A te 1"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 2"">/p Lish A te 2"">/p Grid A te 2"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 3"">/p Lish A te 3"">/p Grid A te 3"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 4"">/p Lish A te 4"">/p Grid A te 4"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 5"">/p Lish A te 5"">/p Grid A te 5"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 6"">/p Lish A te 6"">/p Grid A te 6"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p inw:Las,atSieuxs>/p/p/p /* Sieux Def s fibie *//p

&.MsoNpromlTr: # {rsosr" ce-namn:cTr: #au Nproml"; rsostr" ce-rowband data-0; rsostr" ce-co ottd data-0; rsosr" ce-noshow:yes; rsosr" ce-pteighty:99; rsosr" ce-patac:""; rsos

< <#0000

&nbs/span>&nbs<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#0000

 

.000classicMsoNpromlCxSpFirst"01pt; text-align: cente; line-hexsos pt;al,helvetica,sanrial',10.sans-serif';">La bataille de la Kolubara pt;al,helvetica,sanrial',10.sans-serif';">La bataille de la Kolubara pt;al,helvetica,sanrial',10.sans-serif';">La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara&. étaiidant rexerar ausesur-hede la Se princf su ebie e B0V pr lepanore la u commanueapanne. (vfavourr etc: ce la Ssr (voïBulgaMit esoMéuudoaus.en fpdosasiques.uaisempac: cpritg maiqdidant rfuesfdh t esoaoûtnintsi&s adre,nifctde lufigreté ir etc: ce la SsresoMéuudoausi& so,qurale(voï'ues-c airé t-alchefanot aill té in'ue-att-HongrisretV prrsesfï l'Aut e dl'naient de se dfï ačka, oï'accue dfï la onse dfïDalmufi "> ptb01pt; texsosbidi-)
La bataille de la Kolubara ptb01pt; texsosbidi-)
La bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara ptb01pt; texsosbidi-)
La bataille de la Kolubara ptb01pt; texsosbidi-)
La bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraNproml/p 0/p /p /p 21/p /p /p FRinw:LidTve/p X-NONEinw:LidTve /p /p /p /p BreakRbes ">/p /p /p /p /p /p MicrosoftIs, letExp Pier4td /p /p /p /p /p /p /p /p Gnhon"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing"">/p Lish"">/p Grid"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 1"">/p Lish A te 1"">/p Grid A te 1"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 2"">/p Lish A te 2"">/p Grid A te 2"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 3"">/p Lish A te 3"">/p Grid A te 3"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 4"">/p Lish A te 4"">/p Grid A te 4"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 5"">/p Lish A te 5"">/p Grid A te 5"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 6"">/p Lish A te 6"">/p Grid A te 6"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p inw:Las,atSieuxs>/p/p/p /* Sieux Def s fibie *//p

&.MsoNpromlTr: # {rsosr" ce-namn:cTr: #au Nproml"; rsostr" ce-rowband data-0; rsostr" ce-co ottd data-0; rsosr" ce-noshow:yes; rsosr" ce-pteighty:99; rsosr" ce-patac:""; rsos

cell ptb01pt; texsosbidi-)
La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara&nb! L'État-majiga rayénnp r, rs loutnlravses effecfifs. Np r, rs loutnla git pasaclubi paté in'honnnuiorbiBelgondeco jla glovourr voïsatMit. Vorstuneroi

&nb! Vorstuï ues-c

&nb! En aacsesLes Sea glovou

&nb! Pé insoroi o jla satMit

&nb! in-bottomitom#000000classicMsoNpromlCxSpMid le"01pt; text-align: cente0; line-heeightin 15p: 35.45e-hetyle="font-sizee-heeight: 15pt;ront-s0="5"> La bataille de la Kolubara La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara

&nbs La bataille de la Kolubarale vieux rserif';">La bataille de la Kolubarale vieux rserif';">La bataille de la Kolubara<

&nb éo'emp jel Pus130 clre la âgnlrav 2 es Sonnacfigreà Belgonde in-bottomin-bottin-bottom: 0.0.000classicMsoNpromlCxSpMid le"01pt; text-align: cente0; line-heeightin 15p: 35.45e-hetyle="font-sizee-hheight: 15pt;"> La bataille de la Kolubarale vieux rserif';">La bataille de la Kolubarale vieux rserif';">La bataille de la Kolubarale vieux rserifrial',10.sans-serif';">La bataille de la Kolubarale vieux rserifrial',ce-b-serif';">La bataille de la Kolubarale vieux rserif';">La bataille de la Kolubarale vieux rserif';">La bataille de la Kolubara<©omin-bottin-bottin-bottin-bottom: 0.0!--[if gtn rso 9]>Nproml/p 0/p /p /p 21/p /p /p FRinw:LidTve/p X-NONEinw:LidTve /p /p /p /p BreakRbes ">/p /p /p /p /p /p MicrosoftIs, letExp Pier4td /p /p /p /p /p /p /p /p Gnhon"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing"">/p Lish"">/p Grid"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 1"">/p Lish A te 1"">/p Grid A te 1"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 2"">/p Lish A te 2"">/p Grid A te 2"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 3"">/p Lish A te 3"">/p Grid A te 3"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 4"">/p Lish A te 4"">/p Grid A te 4"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 5"">/p Lish A te 5"">/p Grid A te 5"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 6"">/p Lish A te 6"">/p Grid A te 6"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p inw:Las,atSieuxs>/p/p/p /* Sieux Def s fibie *//p

&.MsoNpromlTr: # {rsosr" ce-namn:cTr: #au Nproml"; rsostr" ce-rowband data-0; rsostr" ce-co ottd data-0; rsosr" ce-noshow:yes; rsosr" ce-pteighty:99; rsosr" ce-patac:""; rsos

pt">le vieux rserifrial',10.sans-serif';">La bataille de la Kolubara<

&nbs">le vieux rci Pi: #800000ra

pt">le vieux rci Pi: #800000ra<le vieux rserifrial',10ans-serif';">La bataille de la Kolubara<[LeslSelbxs]sLes Sea PteminoufGtairetmondiux II (1916-1918) <te="data-mcegn:gus="1" margin-bottvi-botptgin-bottom: 0.0.000classicMsoNpromlCxSpFirst"01pt; text-align: cente; line-hexsos pt">le vieux rci Pi: #800000ra<le vieux rserifrial',10ans-serif';">La bataille de la Kolubaraargin-bottvi-botptgin-bottom: 0.0.000classicMsoNpromlCxSpFirst"01pt; text-align: cente; line-hexsos pt">le vieux rci Pi: #000000ra<le vieux rserifrial',ce-b-serif';">La bataille de la Kolubara&nb Dušle Bataković (dir.), Hishovourru peup #ftelbx, traduitrru telbx r Ljubomir Mihailtvdé, Laue lne, L’Agurr’Homme, 2006, p. 245-258ttin-bot">le vieux rserifrial',10e-b-serif';">La bataille de la Kolubara< te="data-mcegn:gus="1" margin-bottvi-botptgin-bottom: 0.0tp> 

&nbs<#0000

&nbs/span>&&nbs/span>&le vieux rserif';">La b nccletmono,times;-serifrial',ce-baargin-bot">le vieux rserif';">La b aill,helvetica,e la Kolub;-serifrial',ce-baargin-bot">le vieux rserif';">La b nccletmono,times;-serifrial',ce-baargin-bot">le vieux rserif';">La b nccletmono,times;-serifrial',ce-baargin-bo

&nbs/p 800x600/p ino:OcoupeDhculeatSeutcogs>/p

ptb01pt; texsosbidi-)
La bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara&nbjourné#ftelbx

&nb» fut célébré#fLes Stoutxs uxs éci es, o jdeslmanifele vieux rci Pi: #c00000raNproml/p 0/p /p /p 21/p /p /p FRinw:LidTve/p X-NONEinw:LidTve /p /p /p /p BreakRbes ">/p /p /p /p /p /p MicrosoftIs, letExp Pier4td /p /p /p /p /p /p /p /p Gnhon"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing"">/p Lish"">/p Grid"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 1"">/p Lish A te 1"">/p Grid A te 1"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 2"">/p Lish A te 2"">/p Grid A te 2"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 3"">/p Lish A te 3"">/p Grid A te 3"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 4"">/p Lish A te 4"">/p Grid A te 4"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 5"">/p Lish A te 5"">/p Grid A te 5"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p Shs ing A te 6"">/p Lish A te 6"">/p Grid A te 6"">/p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p /p inw:Las,atSieuxs>/p/p/p /* Sieux Def s fibie *//p

&.MsoNpromlTr: # {rsosr" ce-namn:cTr: #au Nproml"; rsostr" ce-rowband data-0; rsostr" ce-co ottd data-0; rsosr" ce-noshow:yes; rsosr" ce-pteighty:99; rsosr" ce-patac:""; rsos

 

 - 1 -

[LES SERBES] DANS LA PREMIERE GUERRE MONDIALE (I)

Première partie :1914-1915

par

DUŠAN T. BATAKOVIĆ

 
 

1 Officiers dartillerie-1

 

Officiers d’artillerie serbe partant pour la guerre
Carte bilingue ayant circulé en 1914
Carte postale : collection de Sigolène Franchet d'Espèrey -Vujić
©

Deuxième partie
> [Les Serbes] dans la Première Guerre mondiale : 1916-1918 <

 
 
L'ATTENTAT DE SARAJEVO

Le chef du service de contre-espionnage militaire de Serbie, le lieutenant-colonel Dragutin Dimitrijević Apis, s'était assuré que deux jeunes gens, membres de la Jeune Bosnie qui avaient déclaré à Belgrade qu'ils préparaient un attentat contre l'héritier du trône austro-hongrois et s'étaient vus remettre deux pistolets et six bombes, pussent revenir discrètement en Bosnie au début de juin 1914. Ces faits, quoique confirmés, ne démontrent pas qu'il y ait eu activité coordonnée dans la réalisation de l'attentat. Devant le tribunal, les auteurs de l'attentat ont déclaré qu'ils étaient entrés en contact avec les gens de la Main noire, faute d'argent pour acheter eux-mêmes des armes. Lors de la fourniture des armes aux futurs auteurs de l'attentat, les agents d'Apis agissaient de façon autonome, à l'insu de l'Etat-major serbe. Le transfert en secret des jeunes gens en Bosnie fut également accompli à l'insu des dirigeants de la Défense nationale dont Apis était membre.
princip-arrestation

Arrestation de Gavrlo Princip après l'attentat

 

 

 Apis

Dragutin Dimitrijević Apis

Le rôle de la Main noire

Selon divers témoignages, Apis avait, à l'insu du gouvernement de Pašić (avec lequel il était d'ailleurs en conflit), mis l'attaché militaire de Russie à Belgrade, Artamanov, au courant du plan des jeunes gens de Bosnie. Artamanov lui aurait répondu qu'au cas où un conflit éclatait entre l'Autriche-Hongrie et la Serbie à la suite d'un attentat réussi, la Serbie ne resterait pas seule. Selon d'autres témoignages, là encore peu fiables, Apis avait essayé, à la veille même de l'attentat, d'empêcher, par l'intermédiaire de Danilo llić (le plus âgé des membres de Jeune Bosnie), son exécution, mais les futurs auteurs de l'attentat refusèrent de lui obéir. Des documents spécifiques montrent que, lorsque la préparation de l'attentat fut connue, la direction de la Défense nationale exigea d'Apis de recommander aux futurs auteurs de l'attentat de renoncer à leur projet. Au-delà du soutien de cercles militaires secrets à Belgrade, cet attentat fut l'œuvre de jeunes Serbes de Bosnie, alors que le rôle d'officiers serbes agissant à l'insu du gouvernement, peut-être même contre ses intérêts, fut secondaire. Ni Apis ni aucun des hommes de la Main noire qui les fournissaient en armes et les entraînaient à leur maniement (Voja Tankosić, Milan Ciganović) ne pouvaient assumer un rôle de chef ou de responsable idéologique des membres de la Jeune Bosnie. Ceux-ci se contentaient tout simplement de se servir de la Main noire pour réaliser leur projet d'attentat.

 

 
Politique de Vienne

Les auteurs de l'attentat considéraient le prince héritier François-Ferdinand comme le chef d’une aile favorable à la guerre dans les sphères les plus élevées de l'Etat. Le prince héritier avait décidé que les manœuvres militaires auraient lieu en Bosnie et en Herzégovine à la veille de la plus grande fête nationale des Serbes, Vidovdan, car il avait été prévu que sa première célébration sur le territoire du Kosovo libéré aurait lieu en 1914. Par cette démonstration militaire, le prince héritier voulait prouver que les aspirations serbes ne représentaient aucun obstacle pour lui. Les manœuvres en Bosnie de l'été 1914 correspondaient en fait à une étape dans la préparation de la guerre avec la Serbie. On estimait, aussi bien dans les milieux militaires que politiques de la Double Monarchie, que renoncer à une guerre avec la Serbie aurait des conséquences fatales : 1) la perte définitive du rang de grande puissance ; 2) la preuve de l'impuissance de la Monarchie comme alliée ; 3) une menace permanente pour les territoires yougoslaves de la Monarchie de la part des pays balkaniques devenus plus puissants.

 

 
L'attentat de Sarajevo

L'attentat eut lieu le 28 juin, le jour de la fête de Vidovdan, à Sarajevo. Après l'échec de l'attentat à la bombe de Nedeljko Čabrinović sur la personne du prince héritier d'Autriche-Hongrie, un second conspirateur, Gavrilo Princip, parvint à le tuer (en tirant à une très faible distance, car il était myope) de quelques coups de revolver ; l'attentat fit une seconde victime (accidentelle), Sophie, épouse de l'archiduc. En Serbie comme dans toute l'Europe, une grande émotion se fit jour. Les auteurs de l'attentat, à l’exception de Muhamed Mehmedbašić, qui réussit à s'enfuir au Monténégro, furent rapidement arrêtés et, quelques mois plus tard, traduits en justice. Le groupe fut condamné en octobre 1914 à Sarajevo. Leurs déclarations devant le tribunal montraient non seulement leur désir de voir la Bosnie-Herzégovine réunie à la Serbie mais aussi leur intention de construire un Etat yougoslave sur les ruines de l'Autriche-Hongrie. De nombreux membres du groupe s'étaient déclarés, du point de vue de leur nationalité, comme serbo-croates, démontrant ainsi leur adhésion aux idéaux les plus élevés de toute cette génération.

 

gavrilo-princip-prisonier


Gavrilo Princip, prisonnier

Gavrilo Princip (1894-1918)
Originaire de Bosansko Grahovo, membre de la Jeune Bosnie, il quitta la Bosnie, encore lycéen, pour participer comme volontaire à la Première guerre balkanique, mais sa candidature fut refusée en raison de sa faible constitution. Il revint en 1914 en Serbie, où il se mit de son propre chef en rapport avec la Main noire, qui fit son instruction, avec Nedeljko Čabrinović et Trifko Grabež, en vue de l'attentat contre François-Ferdinand. Le jour de Vidovdan 1914, il tua à Sarajevo le prince héritier d'Autriche-Hongrie. Condamné, du fait qu'il n'était encore majeur, à vingt ans de travaux forcés, il mourut, après avoir été torturé et privé de nourriture, dans la prison militaire de Theresienstadt (aujourd'hui Terezin en République tchèque).

Princip - portrait

Gavrilo Princip, lycéen

 

La population de Bosnie et d'Herzégovine affichait une attitude contrastée envers l'ultimatum austro-hongrois et la guerre avec la Serbie et le Monténégro. Le général Potiorek, qui administrait la Bosnie-Herzégovine, informa Vienne que chez les Croates, l'ultimatum adressé à la Serbie était considéré comme un geste fort qui avait soulevé l'enthousiasme ; chez les musulmans une position assez pessimiste l'emportait, alors que les Serbes de Bosnie étaient ardemment convaincus que la Double Monarchie ne réussirait pas dans son entreprise.
 

LA CRISE DE JUILLET ET L’ATTITUDE DE LA SERBIE
Au lendemain de l'attentat de Sarajevo, la position de la Serbie et du Monténégro n'était pas enviable. La Serbie ne faisait partie d’aucune grande alliance. Elle ne disposait que d'une alliance défensive avec la Grèce, qui n'était valable qu'en cas d'attaque venant de Bulgarie. La Serbie ne pouvait s'appuyer à coup sûr que sur le Monténégro. A sa frontière nord (l'Autriche- Hongrie), à l'est (la Bulgarie) et au sud-ouest l'Albanie, la Serbie pouvait s'attendre à des attitudes hostiles. Le seul soutien possible se trouvait, à cette époque, en Russie.
Le prétexte de la guerre

L'attentat de Sarajevo fut accueilli à Vienne comme le prétexte longtemps attendu d'une guerre contre la Serbie. Le chef de l'Etat-major, le général Conrad von Hetzendorf, recommanda, comme lors de l'annexion en 1908, de provoquer une crise menant à la guerre et d'adresser au gouvernement serbe un ultimatum impossible à accepter. Aussitôt après l'attentat, un plan fut échafaudé au ministère viennois des Affaires étrangères afin que l'attentat, après d'innombrables occasions manquées, soit utilisé comme prétexte pour un règlement de comptes décisif avec la Serbie. L'appui allemand à l'option militaire de l’Autriche-Hongrie exerça une influence déterminante sur la résolution de Vienne d'aller jusqu'au bout dans son affrontement avec la Serbie. Après avoir reçu le soutien de Berlin, le gouvernement de Vienne remit le 23 juillet à Belgrade un ultimatum inacceptable, comportant des exigences en 10 points, avec un délai de 48 heures pour répondre.
 
 
Le gouvernement royal serbe s'engage 1) à interdire toute publication exprimant de la haine ou du mépris envers la Monarchie et dont l’orientation générale serait dirigée contre l'intégrité territoriale de l'Autriche-Hongrie, 2) à dissoudre immédiatement l'association dénommée « Défense nationale », à confisquer tous ses moyens de propagande et d'agir de même à l'encontre de toute autre société et association faisant en Serbie de la propagande contre la Monarchie austro-hongroise, 3) à exclure sans tarder de la fonction publique en Serbie tous ceux qui contribuent à la propagande contre l'Autriche-Hongrie, 4) à retirer de l'armée et de l'administration en général tous officiers et fonctionnaires coupables de propagande contre la Monarchie austro-hongroise, dont le gouvernement austro-hongrois se réserve le droit de communiquer ultérieurement les noms et les activités au gouvernement serbe, 5) à accepter la collaboration en Serbie des organes du gouvernement royal et impérial en vue de réprimer les mouvements subversifs dirigés contre l'intégrité territoriale de la Monarchie austro-hongroise, 6) à permettre l'accès à l'enquête menée en Serbie contre les membres du complot du 15 (28) juin 1914 se trouvant sur le territoire serbe, aux agents que le gouvernement austro-hongrois enverra sur place afin de prendre part à l'instruction, 7) à emprisonner immédiatement le commandant Voja Tankosić et un individu nommé Milan Ciganović, fonctionnaire de l'Etat serbe, qui se trouvent impliqués à la suite de l'enquête menée à Sarajevo, 8) à empêcher par des mesures efficaces la participation d'autorités au transfert illégal d'armes et d'explosif au-delà de la frontière, à licencier et punir sévèrement les fonctionnaires des douanes à Šabac et à Loznica, coupables d'avoir aidé les exécutants du crime de Sarajevo en leur facilitant le passage de la frontière, 9) à informer gouvernement royal et impérial des déclarations injustifiées de hauts fonctionnaires serbes, qui, tout en occupant des positions officielles, ne se sont pas privés de s'exprimer de manière inamicale à l'égard de l'Autriche-Hongrie dans des interviews accordées à la suite de l'attentat du 15 (28) juin, 10) à informer sans délai le gouvernement royal et impérial de la mise en application des mesures citées dans les articles ci-dessus. Le gouvernement royal et impérial attend la réponse aux points précités avant le samedi 12 (25) du mois en cours à six heures du soir...

Ultimatum de l'Autriche-Hongrie à la Serbie, le 23 juillet 1914.

 
 

En préparant sa réponse, le gouvernement serbe émit le vœu, par l'intermédiaire de la légation de Russie à Belgrade, que les grandes puissances « protègent l'indépendance de la Serbie ». Sa réponse à l'ultimatum austro-hongrois fut diplomatiquement irréprochable. On ne rejeta que la sixième condition, incompatible avec le statut d'un Etat souverain, qui demandait que des organes d'investigation de la police habsbourgeoise dûment délégués sur le territoire serbe puissent rechercher, aux côtés de la police serbe, les complices de l'attentat de Sarajevo. Par l'intermédiaire du chef de la légation britannique à Belgrade, le gouvernement serbe affirma aussitôt être prêt à satisfaire, avec de légères modifications, à l'ensemble des exigences contenues dans l'ultimatum.

 
 

6) Gouvernement royal serbe considère, bien entendu, de son devoir d'ouvrir une enquête à l'encontre de tous ceux qui sont mêlés, ou pourraient éventuellement l'être, au crime du 15 (28) juin, et qui se trouveraient sur le territoire du Royaume de Serbie. Le gouvernement serbe ne peut accepter la participation des agents des autorités austro-hongroises à cette enquête, car cela irait à l'encontre de la Constitution et de la Loi sur la procédure d'instruction criminelle. Cependant, on peut envisager, dans des cas concrets, que les agents de l'Autriche-Hongrie soient informés des résultats de l'instruction considérée... Au cas où le gouvernement royal et impérial ne serait pas satisfait par cette réponse, le gouvernement royal serbe, considérant que l'intérêt général commande de ne pas se précipiter dans la résolution de cette question, est prêt, comme toujours, à considérer un accord pacifique qui serait obtenu en soumettant cette question à la Cour internationale de La Haye ou aux Grandes puissances qui ont contribué à la préparation de la déclaration du gouvernement serbe du 18 (31) mars 1909.

Extrait de la réponse de la Serbie à l’ultimatum, Belgrade, 25 juillet 1914.

 

 

 NikolaPasic

Nikola Pašić
(1845-1926)

L'ambassadeur austro-hongrois avait reçu pour instruction de Vienne de quitter Belgrade, sans tenir compte du contenu de la réponse serbe. Le gouvernement serbe décida de déménager aussitôt dans la nouvelle capitale de guerre de la Serbie, la ville de Niš. En dépit des efforts de l'Italie et de l'Autriche-Hongrie de le séparer de la Serbie, le Monténégro resta résolument aux côtés de ses frères serbes. Avant de remettre sa réponse à Vienne, Cetinje adressa un message de soutien à Belgrade : « Le destin de la Serbie est aussi notre destin. Le malheur et le bonheur nous sont communs avec la Serbie. Celle-ci peut compter sur le soutien fraternel et sans limites du Monténégro, aussi bien dans ces heures décisives pour le peuple serbe qu'en toute autre circonstance. »

La réaction de la Russie était attendue avec une très grande impatience. Le prince héritier Alexandre adressa un télégramme dramatique au tsar Nicolas II : « Les exigences contenues dans la note austro-hongroise humilient inutilement la Serbie et ne sont pas compatibles avec sa dignité d'Etat indépendant. Nous sommes prêts à accepter des exigences austro-hongroises compatibles avec la position d'un Etat indépendant, ainsi que celles que nous conseillerait Votre Majesté. » La réponse du tsar Nicolas II fut accueillie, le 27 juillet, avec un grand soulagement. L'empereur y précisait qu'« en aucun cas, la Russie n'abandonnerait la Serbie ».

La déclaration de guerre du 28 juillet 1914

Le gouvernement serbe fut informé le 28 juillet de la déclaration de guerre, par un télégramme adressé à Pašić à Niš : « Puisque le gouvernement royal serbe n'a pas donné de réponse satisfaisante à la note qui lui avait été remise par le ministre plénipotentiaire austro-hongrois à Belgrade le 23 juillet 1914, le gouvernement impérial et royal est contraint à prendre lui-même soin de la défense de ses droits et intérêts et d'avoir, dans ce but, recours à la force des armes. L'Autriche-Hongrie se considère donc, à partir de ce moment, en guerre avec la Serbie. » En recevant ce télégramme, Pašić s’écria : « L'Autriche nous a déclaré la guerre. Notre cause est juste. Dieu nous donnera la victoire. »

Telegram-objave-rata-Austro-Ugarske-Srbiji

Le télégramme où l'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie


Lors d'une réunion secrète avec les leaders de l'Assemblée nationale et les chefs des partis politiques, Pašić déclara : « Nous n'avons pas désiré la guerre, car nous sommes terriblement fatigués, épuisés par les deux guerres de 1912 et 1913. Mais nous sommes forcés d'accepter une guerre qui nous est imposée pour défendre l'honneur national et la souveraineté de l'Etat. Un homme ordinaire, lorsqu'il est attaqué, même par quelqu'un de plus fort que lui, doit se défendre et combattre, s'il possède un peu d'honneur et de fierté. Nous espérons, d'ailleurs, que l'Europe ne nous abandonnera pas à la merci de l'Autriche-Hongrie. Quoi qu'il en soit, nous nous défendrons, dussions-nous nous retrouver tout seuls, jusqu'à la dernière goutte de notre sang. »

La résolution qui avait gagné toutes les couches de la société en Serbie se confirma lors de la mobilisation à laquelle répondit la grande majorité des appelés. Les paroles d'un officier restituaient bien l’atmosphère : « Nous avons achevé la mobilisation, ils peuvent venir maintenant. Nous les attendons et nous les battrons. » Les seuls à s'opposer à la guerre furent, en internationalistes passionnés, les socio-démocrates serbes. Leur influence dans la population était négligeable : ils ne détenaient que deux sièges de députés au sein d'une Assemblée qui comptait 166 membres.

Le soutient du Monténégro

Le roi Nikola du Monténégro rejeta les propositions recommandant de rester neutre. Dans une proclamation à son peuple, il souligna que « pour l'honneur de la nation serbe », il n'avait pas permis qu'on allât plus loin dans les concessions, ajoutant : « Mes Monténégrins sont prêts à mourir pour défendre notre indépendance. » Le prince héritier Alexandre rappela, dans sa proclamation de guerre, que l'Autriche-Hongrie avait envahi, trente-six ans auparavant, la Bosnie-Herzégovine serbe, avant de « procéder finalement à leur annexion en toute injustice, il y a six ans » ; il appela le peuple à défendre « de toutes ses forces ses foyers et la nation serbe ».

 

 

 

 

Regent Alexandre

Régent Alexandre
(1888-1934)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A mes chers et héroïques Serbe ! Un grand malheur a frappé notre Serbie. L'Autriche-Hongrie nous a déclaré la guerre. Mais les malheurs de notre peuple et de notre royaume n'ont pas commencé hier. Chaque fois que Vienne en voyait l'utilité, les promesses les plus solennelles étaient faites nous assurant que les Serbes et les Croates seraient traités équitablement, mais tout cela n'était jamais concrétisé. La Serbie et son peuple, où qu'il pût être, étaient traités en accusés toujours et partout et c'est pourquoi ils se sont trouvés assujettis à d'autres peuples. Il y a trente-six ans, l'Autriche s'est emparée de Bosnie et de l'Herzégovine serbes, qui venaient de se soulever afin de retrouver leur liberté. Il y a six ans, elle a procédé à leur annexion en toute injustice, en leur promettant les libertés constitutionnelles qui, telles qu'elles ont été accordées, n'ont nullement donné satisfaction à la population. Tout cela a provoqué un profond mécontentement dans la population, notamment dans la jeunesse exubérante et passionnée, et suscité des mouvements de résistance qui ont débouché sur l'attentat de Sarajevo. Ayant foi dans le Seigneur Tout-Puissant et confiants dans les sympathies du monde civilisé et la victoire finale de notre juste cause ainsi que dans le soutien de notre grande famille et de nos amis éprouvés (la Russie), nous acceptons en compagnie de nos héroïques frères serbes du Monténégro, le combat qui nous est imposé. Au cours de notre glorieuse histoire, jadis comme hier, il existe suffisamment de témoignages qui prouvent que les Serbes, quand ils sont unis, peuvent vaincre des ennemis beaucoup plus puissants... Serbes, défendez de toutes vos forces vos foyers et la nation serbe.
Proclamation du régent Alexandre, Niš, 29 juillet 1914
Alors que les chaines de l'esclavage opprimaient les Slaves sur le territoire de la Double Monarchie, les tenants des couleurs noire et Jaune (de l'Autriche-Hongrie) ont arraché le cœur du peuple serbe, la merveilleuse Bosnie-Herzégovine... Puis l'Autriche a déclaré la guerre à notre chère Serbie, elle l'a déclarée à nous, elle l'a déclarée au peuple serbe et à tout le monde slave ... Que les héros empruntent les pas de ces deux vieux monarques serbes, afin de mourir et de verser leur sang pour l’unité et la liberté inestimable. Nous avons Dieu et la Justice à nos côtés. Nous voulions la paix et on nous a imposé la guerre. Accueillez-la comme toujours, en Serbes et en héros, et la bénédiction de votre vieux roi vous accompagnera dans tous vos exploits. Vivent mes chers Monténégrins ! Vive notre peuple serbe bien-aimé ! Vivent notre puissante protectrice, la Russie, et les alliés de celle-ci !

Proclamation du roi Nikola du Monténégro, Cetinje, 6 août 1914.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kralj Nikola

Le roi Nikola
(1841-1921)

 

Radomir Putnik

Voïvode Radomir Putnik (1847-1917)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vojvoda Misic

Voïvode Živojin Mišić (1855-1921)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 LA PREMIÈRE ANNÉE DE GUERRE : UNE RÉSISTANCE RÉSOLUE

Au début de l'été 1914, la Serbie n'était pas préparée à la guerre, car elle était militairement et financièrement épuisée par les efforts déployés dans les guerres balkaniques. Il manquait plus de 100 000 fusils à l'armée, alors que les hôpitaux débordaient de blessés. « Les régions nouvelles » du Sud (Vieille Serbie et Macédoine) étaient encore loin d'être intégrées dans la structure politique et économique du pays. Une menace réelle découlait des incursions de bandes armées de hors-la-loi albanais qui étaient équipés en Albanie par des instructeurs ottomans et austro-hongrois, avant de franchir la frontière pour fomenter l'insurrection au Kosovo et en Métochie. De son côté, le Monténégro, fort d'une armée de 53 000 soldats, avait accepté, suite à un accord entre les deux souverains serbes, le plan commun des opérations des deux armées, élaboré par le voïvode (maréchal) Radomir Putnik.

La bataille du Cer

L'armée austro-hongroise positionna trois armées, fortes de onze divisions, sur la frontière de la Serbie et du Monténégro. Au cours de l'année suivante, le front serbe immobilisa un tiers des divisions autrichiennes, où on comptait jusqu'à 50 % de soldats d'origine yougoslave. Dans les combats menés en 1914, on envoya 711 000 soldats en Serbie et des moyens techniques énormes. L'attaque des troupes de la Double Monarchie, sous le commandement du général Potiorek, eut lieu le 12 août, après un bombardement de Belgrade, et se produisit dans la région du fleuve Drina et de la Save, à proximité de la ville de Šabac. L'offensive principale ne passa pas par Belgrade en direction de la vallée de la Morava, comme on s'y attendait. Grâce à un rapide regroupement, la plupart des forces serbes se délacèrent vers la Drina et réussirent à surprendre les troupes hongroises lors de la bataille de Tekeriš.

La Deuxième armée serbe, sous le commandement du général Stepa Stepanović, remporta une victoire décisive sur les pentes du Cer et le large front proche de la Drina (16-20 août), forçant les troupes austro-hongroises à se retirer en désordre de l'autre côté de la Drina. Plus de 25 000 soldats austro-hongrois furent mis hors combat. La bataille sur le Cer coûta à la Serbie près de 16 000 morts et blessés. Une nouvelle tentative de percée austro-hongroise fut repoussée début septembre, lorsque l'armée des Habsbourg fut battue près de Gučevo et de Mačkov Kamen. La bataille du Cer était en fait la première victoire alliée de la Première Guerre mondiale. Le général Stepanović, commandant de la Deuxième armée, fut promu à la dignité de voïvode, qui correspond à celle de maréchal.

A la demande des alliés, afin de soulager le front de l'Est, l'armée serbe franchit rapidement la Save pour passer dans la région de Sirmie. Les Serbes locaux l'accueillirent avec enthousiasme, et un accueil semblable fut réservé aux troupes serbes et monténégrines (l'armée d'Užice) qui, après avoir franchi la Drina, en route vers Sarajevo, arrivèrent le 25 septembre jusqu'à Pale. Sarajevo fut évacuée, et Princip et ses camarades en tendirent dans leurs cellules l'écho des canons serbes dans la région de Romanie. Mais après la défaite des forces monténégrines près de Glasinac, qui n'étaient pas suffisamment nombreuses et organisées pour conserver les régions conquises, les deux armées serbes durent se replier fin octobre sur l'autre rive de la Drina. Dans les affrontements avec les forces austro-hongroises, la population serbe locale se joignait souvent aux deux armées.

Les détachements de guérilleros

Dès août 1914, les réfugiés et les volontaires furent répartis en quatre détachements de tchetniks (guérilla). Le commandement en fut confié à des membres éminents de la Main noire, aguerris par les combats en Macédoine et les guerres balkaniques (Kosta Todorović, Vojin Popović plus connu sous le nom de Vojvoda Puk, Velimir Vemić et Voja Tankosić). Par des coups de main-surprise contre les troupes austro-hongroises, ils semaient une grande confusion dans les rangs ennemis. Au sein de l'armée régulière serbe, ces détachements de tchetniks ont assumé un rôle capital dans les opérations de guerre, où ils ont perdu 60 % de leurs effectifs.

La bataille de la Kolubara

Une nouvelle offensive austro-hongroise fut déclenchée le 6 novembre 1914, suite à la consolidation et à l'accroissement des moyens mis à la disposition de ses troupes balkaniques. Cette attaque devait inciter la Bulgarie à entrer elle-même en guerre contre la Serbie. Très supérieure numériquement, parfaitement préparée et disposant d'une grande suprématie au point de vue de l'artillerie, l'armée austro-hongroise enfonça la première ligne de défense serbe, qui était privée d'artillerie lourde. Contrainte de se replier, l'armée serbe effectua sans combattre un retrait tactique de Belgrade, le 3 novembre, laissant à l'ennemi le secteur situé autour de la rivière Kolubara. Les pertes du côté serbe étaient énormes. Trois mois de guerre ininterrompue avaient laissé des traces sur le moral de l'armée serbe. A Berlin et à Vienne, la chute de la capitale serbe fut célébrée comme une grande victoire. Dans l'attente de la chute finale de la Serbie, des plans de découpage de son territoire furent préparés : un général autrichien d'origine croate, Stjepan Sarkotić, fut désigné comme futur gouverneur général.

Le gouvernement serbe rejeta une proposition du maréchal Putnik consistant à réfléchir à la signature d'une paix séparée. Pašić menaça de démissionner, et une réunion commune permit de coordonner la résolution des milieux civils et militaires afin de lutter jusqu'aux limites extrêmes de l'épuisement. On envoya au front le Bataillon d'élèves de Skoplje, composé de 1 300 étudiants et élèves qui, après une courte formation militaire, furent promus au rang de caporaux, afin de relever le niveau du commandement subalterne. Ils contribuèrent sensiblement au redressement du moral au sein de l'armée serbe.

Dans un discours aux étudiants, tenu le 6 novembre 1914, le régent Alexandre intima l'ordre suivant : « Pas un pas en arrière ! » Et aux premières lignes de l'armée serbe, face à l'artillerie ennemie située à proximité, apparut, sans crainte des canons austro-hongrois, le vieux roi Pierre, qui fut accueilli par les ovations enthousiastes des soldats. Le nouveau commandant de la Première armée serbe, le général Živojin Mišić, raccourcit le front en procédant à un regroupement rapide des forces près de Gornji Milanovac, ce qui permit aux troupes épuisées de bénéficier d'un répit longtemps attendu.

Lorsque les munitions françaises promises finirent par arriver de Grèce, Mišić ordonna le 3 décembre une contre-offensive vigoureuse. Aussitôt après eurent lieu les contre-attaques de la Deuxième et de la Troisième armées. Cette offensive serbe ne prit fin que lorsque, en pleine débâcle, les troupes austro-hongroises eurent quitté le sol serbe. A cette occasion, les Serbes firent prisonniers 270 officiers et plus de 40 000 soldats et s'emparèrent de 130 canons ainsi que d'un abondant matériel militaire. Belgrade fut libérée le 15 décembre, soit 12 jours après le déclenchement de la contre-offensive. Le général Živojin Mišić fut élevé à la dignité de maréchal (voïvode), et son commandement lors de la bataille de la Kolubara fut considéré dans les milieux alliés comme un chef-d'œuvre de tactique militaire.

GUERRE TOTALE : REPRESAILLES ET MASSACRES

Au cours des opérations menées en 1914, la Serbie subit des pertes énormes. Tout en ayant pratiquement gagné la guerre contre l’Autriche-Hongrie (l'offensive suivante sera réalisée en 1915 par des troupes allemandes et austro-hongroises, avec la participation de l'armée bulgare), la Serbie était proche de l'épuisement, aussi bien sur le plan militaire que matériel. Parmi les 250 000 hommes qui se trouvaient sous les armeiseautrich>Au cours des opérations meLagard de l'-hongre-Hongriere, rend à lérieure numéri,tériel milA'ts vo e perdu 270 offi Mais apommandement du géasine d'ucl épuisétraitse des Russć men-hongroise fuu er Belgrato, la villivils sur l'atpartis po du commandrdrlna lmps s fiont dllivin Pit souvent mme un chBevaitulaétaectils nside subit deérieure njoignait soe lutésoans dparbre foiciellela Serbis : ufin octobtes dché le cœur du l (voï comerte Danpeux mp se trouvui see AssHongrieA'empaaauttibSACRES

général Živojin Mišić 

&nbst;" alt="Vojvoda Misic" src="/images/ une victoire dvoda_Misic.jpg" height="ictoi_ictoire dv30" />

<6pan style="color: #000000e: 10pt; font-family: 'A';">Au cars d-size: 8pt;">(1855-1921)
(1855-1921)
9/span>

 

<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#0000> 

97pan style="color: #000000rial,helvetica,sandata-mce-b serif';">Au cours des opérations mesudolf A du bald Rees gus=71" />9>

La bataille de la Kolubaragénéral Živojin MišićUne nouvelle offensive austro l'enconuion dritier ilisudolf A du bald Rees (maguerriccre psssieesarkotić, ises, avelleriere, snt pieronuiovilliveut enivgs. Tceuse soumeocémembrehal Puez-lrignal'-hculeatala Sereec un grerbe. A s&nbérson peuplion dsold : « Puile ne proposition du m/spa. Il seesasi er conde tactiarrivees dconça la première ligned Croatque lnéral invisonnovillivuméri,tonneur de laactique malli d'unaltaol250 00sta coupableshors combat. La nsive ontilstl Troyr Ni On ne rejet>

, ce n du gomarg«e, Pade les iers 2 dectcruovillivjoignait soe lutétaire que m milA'ut cune honggit pales régisroyr Ni On ne rejetees d. Dans Stepanovibie étai e habisonniee ll'rl.Lorsque les munitions franBeur lib Puiees d.uvui see énne lis apjoignait souvent re, exneur n, Rees gvevo evoï comvillivHongrie (tiqus en quatr/mme unà Vienne, la c forcegovine serb baton dsoldTceuse soumepanovt-auleate. Novevo erbe. A champmvil considére, pubuanti Mais appde l'psssiee,Autde des liveaPuisuvent d.uvé et la vicir Vebconserv'ts lieadit p et s'ayiège-sixamla fou redrivn>La bataille de la KolubaraAlors que les chaines de l'it finHongrieccueilmèmenc peupli'ayi-hongrrivhaonignaes 1novtnissai-estime maienmalpart mil l'a dégig rduerre, pli'ayilare lrectire atrâce àliveatain-bpbien sPrincip elbe et asinehal (vemière,otre tolés coerbie. T dén noire,contrlmemt, parfaiteme rarmeur lte fonovtualterne. , lcdu Montsme lesde des l de itud l (vur lg rdov men-hidéla jeunesse omettamée ovhudit te. Nod000 utdec. L'of 1nov d'unićativ, outeent iu morsment eden-hi tactdsolepanoxamment 1novrésepn Etat den-utri e. nuiople oeerait den0 % de le, Cereusesrctiqu le stienla po-hongroeerrctgen vorouvés assujejl'-hes pas un paumeoconcrne./p> denp la B0 % de lles csie (tdsolee-Hobleschannerd000 d de l' On envopanoviude lbru, la Noarmémmps r Alors que les chaines de l'.

 p> 

&nbs<#0000> /span>&nbs

 

t;e: 10pt; font-family: 'Arial','sans-serif';">La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara&nb;un chap'ts 'armà engrrive etperdhaonigisre àleetquesne poraux, in s' engrrivpdre x lisolhodo demalrs et pabes Zagdebe son et asiin-unesschase e, lae d Cque d'uetniks os, et staméns promnné ls&nbnui,A'ut cunesKolt as gla Ser'ze:x stro-se so00 usuffdesKol'haonigelgrser, laelaétan noire,cu t0pV p ltaol25'ts d,cu drlencom0pso0Josip Ft pk poraux,rej, l's/mme un be.cpiermdiv>
<: 0.0001pt; text-align: justify; line-height: 15pt;">La bataille de la Kolubara

apommandement du gmla mu Rhier. Cx l'ues-ci&nbst, eCx l prorà Pare Serorsqmpruntene. enti seache> apur du bes itr, entacu r,- éude llitpnik créunsoettmter e les socio-les slovèmenea fut dsé à, en gla Sea seruont dls menés en
<: 0.0001pt; text-align: justify; line-height: 15pt;">La bataille de la Kolubaraiqdoeight pa de Mvićrsig eacueKonjicueTuz gueBmenjnbreVetpkbreČapljendre lTdeb/divprit finv Macdu vinouse sertaméleuve Dn Sesiul rejetees diveeser Belgrae s'tti sques Kolla&nbstedemarichetCersant d'e rbe. s la jeunesse e et taire e àleetrectire atrdu e luttbes s ne... he> aplnreolćnulPimatumD (voï'ues-ci& soeetrait tleet'tsrbes finiremme un chlosait qsru quesnetaictis' enc llartil,l serbes, q epan>général Živojin Mišić

vréprairemme un'ée mandee> ap serbes, qui venaient de sebes comvainsê Vivionu csholèont dlétai eme un ,'ayises fo»i& sodis redriv9es moue les exclulorst dle mousul0 dus, qe mc ghor: mitaeooupesment e soesPimaiétrait Puttrich jy route u quesnelhierxé l serben

<: 0.0001pt; text-align: justify; line-height: 15pt; align="center">La bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraLriire lle chefs des dć l'Aut,lfidntoqe mdoeight pa douvera l ptee-Hnndesn <: 0.0001pt; text-align: justify; line-height: 15pt; align="center">La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubaragénéral Živojin MišićLa bataille de la Kolubara<žyle="mar; font-family: 'Arial','sans-serif';">La bataille de la Kolubara D Croatl Putlnéral phareolćs&nbnui,A'emparèize:2e luttedétachue le s' ou ejevo egisr (voïbaïlieu fin Mais aprs locaurut, saneu r, Seigneuie, dérà proximitdiv style="margin-bottom: 0&r: #f1f2f1; width: 580px; border-color: #9b9797; border-width: 1px; border-style: solid;" align="center" cellpadding="5">
<: 0.0> /span>

 001pt; text-align: justify; line-height: 15pt; align="center">La bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara

L preustronsf avaieet';">L As eMonténerbibiers eur ler promane ce, lepanoe étacap ste hae, lepanoé lhé le cœur du t 1nov. Asliés cerbecompAoims Serbesleet'rplus de 4râce àleet'rvo rsnuincleetcap stdse. Aize:xala Serbiuerses, étanaz-ct Pbe. As arre ft : ufis menés estdseehé le cœur du ro soldats d'e sgttcap stdse. Aize:xala Se(rbe.urato, ltdse.ils ae,emme un'ée mandee> apment du g)reursombreusesés, PueA'empitem 2ize:aient lesn> <: 0.0001pt; text-align: justify; line-height: 15pt; align="center">La bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraLa bataille de la KolubaraLa baaill-size: 8pt;">(1855-1921)
La bataille de la Kolubaraomiup>e. r stdssDomobrcti (Pt lot e)ofut dus,uaueutotionsprir soumeduuaueuincra14, la Serbie ,niques ,ni

 

 <

&nbs

&nbs/span>&nbst;" alt="Vojvoda Misic"riden#f5f5f5/images/Grabezoda_Misic.jpg" height="Grabez30" />

90pan style="color: #000000rial,helvetica,sandata-mce-b">Tlubko Grabež

&nbgin-bottoe="marial,helvetica,sandata-mce-b-serif';">La baaill-size: 8pt;">(1855-192

-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; rsos ra-xt-ali:0cm; rsos ra-xt-align: cent; line-h rsos ge atibi:widow-orphanh )
La "Calibri","">(1855-19";}/p/pLa bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubara d’Essads cha.en fBulgaMit, ctptregs uee) qur g aulusciida pcLa bataille de la KolubaraLa bataille de la Kolubarale vieux roi Pierre,Nlužda Pemtvdéar les ammentCerldusiieverge e i faccutén b1914.voln (vValtembtin-bottomom: 0.0;p> 

&nbs<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#000000st;" alt="Vojvoda Misic" src="rre,

82pan style="color: #000000rial,helvetica,sanrial',ce-b-serif';">La bataille de la Kolubarale vieux roi Pierre,Nlužda Pemtvdéous=73" /15>

-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; rsos ra-xt-ali:0cm; rsos ra-xt-align: cent; line-h rsos ge atibi:widow-orphanh )
La "Calibri","">(1855-19";}/p/p 

&nbs<#000000e: 10pt<#000000e: 10pt<#0000

&nbs/span>&nbs<#0000;p> La bataille de la Kolubara

="5a/p 800x600/p ino:OcoupeDhculeatSeutcogs>/p
-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; rsos ra-xt-ali:0cm; rsos ra-xt-align: cent; line-h rsos ge atibi:widow-orphanh )
La "Calibri","">(1855-19";}/p/p&nbs/span>& 

&nbs<#0000

&nbs/span>&nbs<#0000;p> < .0.000classicMsoNpromlCxSpFirst"01pt; text-align: cente; line-hexsos

-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; rsos ra-xt-ali:0cm; rsos ra-xt-align: cent; line-h rsos ge atibi:widow-orphanh )
La "Calibri","">(1855-19";}/p/p pt 0classicclearfixiv s s.000classicsp-inny> p0. 0. s.000classiccpiv s
    td
  • td -Meatibie Légauxstd
  • td
  • td -
      td
    • td - 0>td - logo UBMtd
    • td -
    • td - / 0>td - logo-CLAREtd
    • td -
    • td - 0>td - logoMSHAtd
    • td -
    • td - td - Logo MKStd
    • td -
    td
  • td
  • td - t">le classicdes15ped-by">Des15ped by JoomShaperte="margin-bo s!-- You need to purcharstcepyrp> removal lic,e dfrom http://www.joomshaper.com/pteciot? in :rd#r to remove bt pd/www.joomshaper.comstylk. --r0.
  • td
td 0idictwitter-follow-bu cenolta-aPt="_blank" >Suivez nousftu iTwitterrt">le>@ ues-ca_f>tgin-botta>td s-nav 0classicclearfixivs.000classicsp-inny> clearfixivsscriptttype='eigh/javascript'>var switchTo5x=true;tgicript sscriptttype='eigh/javascript' src='http://w.sharethis.com/bu cen/bu cens.js'argicript sscriptttype='eigh/javascript'>stLp> .opn uss({publisher:'jm-00000000-0000-0000-0000-000000000000'});tgicript ss>le 0classicst_facebook_hcoun " dis'layTigh="Facebookaargin-bot">le 0classicst_twitter_hcoun " dis'layTigh="Tweetaargin-bot">le 0classicst_email_hcoun " dis'layTigh="Emailaargin-bot">le 0classicst_sharethis_hcoun " dis'layTigh="ShareThisa