In memoriam : Milovan Danojlić (1937-2022)

In memoriam Milovan Danojlić (1937-2022)


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 29 / 2022

SERBICA СЕРБИКА Revue...


Lire la suite...

Predrag Palavestra : L’art de la comédie de Branislav Nušić

♦ articles - critiques - essais ♦ Predrag Palavestra L’art de la comédie de Branislav Nušić


Lire la suite...

Défunt (Le) / Pokojnik, 1937 (B. Nušić)


Lire la suite...

Individu suspect (Un) / Sumnjivo lice,1887 (B. Nušić)

♦ articles - critiques - essais ♦ Vaso Milinčević Humour et satire dans Un individu suspect


Lire la suite...

Marko Avramović : Miodrag Pavlović, poète qui a exercé une forte influence sur l...

♦ articles - critiques - essais ♦ Marko Avramović Miodrag Pavlović, poète qui a exercé une forte influence sur le canon poétique serbe


Lire la suite...

Pavlović, Miodrag : Quatre poèmes

...


Lire la suite...

Maksimović, Desanka : Trois poèmes


Lire la suite...
01234567

Pavlovic Barili autoportrait

 Milena Pavlović Barili
autoportrait, 1938

 
 
 
 


II


     LE POÈME DU MOIS : MAI 2018



MILENA PAVLOVIĆ BARILI
(1909-1945)

 

 

L'IMAGE

 

Sous mes paupières

tu es la lune dans le jardin,

tu es la brume sur la rivière,

tu es le seul enveloppé dans le rêve

dans l’Echo de l’enfance

et dans le pleur.

Tu es la vague qui hautement se cabre

A la recherche des étoiles dans les hauteurs du ciel.


New York, mars 1940.


Traduit du serbe par Boris Lazić

 

МИЛЕНА ПАВЛОВИЋ БАРИЛИ


СЛИКА


Под мојим капцима

ти си месец у башти,

ти си магла на реци,

ти си једини увијен у сан,

у одјек детињства

и у плач.

Ти си вал што се пропиње високо

тражећи звезде у висини неба.

 
Њујорк, марта 1940.

 

Tous les mois <     

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.