In memoriam : Milovan Danojlić (1937-2022)

In memoriam Milovan Danojlić (1937-2022)


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 29 / 2022

SERBICA СЕРБИКА Revue...


Lire la suite...

Predrag Palavestra : L’art de la comédie de Branislav Nušić

♦ articles - critiques - essais ♦ Predrag Palavestra L’art de la comédie de Branislav Nušić


Lire la suite...

Défunt (Le) / Pokojnik, 1937 (B. Nušić)


Lire la suite...

Individu suspect (Un) / Sumnjivo lice,1887 (B. Nušić)

♦ articles - critiques - essais ♦ Vaso Milinčević Humour et satire dans Un individu suspect


Lire la suite...

Marko Avramović : Miodrag Pavlović, poète qui a exercé une forte influence sur l...

♦ articles - critiques - essais ♦ Marko Avramović Miodrag Pavlović, poète qui a exercé une forte influence sur le canon poétique serbe


Lire la suite...

Pavlović, Miodrag : Quatre poèmes

...


Lire la suite...

Maksimović, Desanka : Trois poèmes


Lire la suite...
01234567

Petrovic Milutin

Milutin Petrović

 
 
 
 


II


     LE POÈME DU MOIS : JUIN  2018



MILUTIN PETROVIĆ
(1941)

 

 

LA TÊTE SUR LA SOUCHE


Quand je regarde

la tête sur la souche

Je pense à un

concombre pourrit

D’abords l’homme

Devient sourd Ensuite

il s’abandonne

plus facilement à la mort

Il n’entend plus son entourage

Ce qui se dit loue

Envie

Et ainsi de suite

C’est extrêmement important

La tête sur la souche

est muette

Timide et hirsute


Traduit du serbe par Boris Lazić

 

МИЛУТИН ПЕТРОВИЋ


ГЛАВА НА ПАЊУ

 

Кад гледам

главу на пању

Мислим на

трули краставац

Човек најпре

Оглуви После

једноставније

одлази у смрт

Не чује околину

Шта говори Хвали

Завиди

И тако даље

А то је врло важно

Глава на пању

нема је

Стидљива и чупава

 

In : Миливоје Марковић, Антологија српске поезије,
Просвета, Београд, 2000.

 

Tous les mois <     

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.