Publication / Milorad Pavić : Exemplaire unique

P a r u t i o n


Lire la suite...

Cours de serbe à distance

Université Bordeaux Montaigne Langue serbe Formation à distance Apprendre le serbe par Internet


Lire la suite...

SERBICA ♦ Revue électronique ♦ N° 28 / 2021

SERBICA СЕРБИКА Revue électronique...


Lire la suite...

Per Jacobsen : À qui appartient quoi ? Le contexte littéraire dans les Balkans

♦ articles - critiques - essais♦ Per Jacobsen À qui appartient quoi ? Le contexte littéraire dans les Balkans


Lire la suite...

Jovan Deretić : Nos écrivains et ceux venus d'ailleurs

♦ articles - critiques - essais ♦ Jovan Deretić Nos écrivains et ceux "venus d'ailleurs"- Extraits -


Lire la suite...

Žaneta Djukić Perišić - Appartenance et autodétermination : l'idiome linguistiqu...

♦ articles - critiques - essais ♦ Žaneta Djukić Perišić Appartenance et autodétermination :l'idiome linguistique d'Ivo Andrić


Lire la suite...

Boris Lazić : Serbe ou croate, serbe et croate - quelle serait l’appartenance li...

♦ articles - critiques - essais ♦ Boris Lazić Serbe ou croate, serbe et croate : quelle serait l’appartenance littéraire de Vladan Desnica ?


Lire la suite...

Duško Babić : Meša Selimović et l'identité bosniaque

♦ articles - critiques - essais ♦ Duško Babić Meša Selimović et l'identité bosniaque- Extraits -


Lire la suite...
01234567
  
Ducic portrait

Jovan Dučić
 
 
 
 


II


LE POÈME DU MOIS : juin 2015

 

 
 

JOVAN DUČIĆ
(1874 - 1943)


 

L E   P I N

 

Immense et sombre, tristement,
Il se dresse, anonyme comme l’herbe,
Bruissante source sous le firmament
Dont le sein la nuit une corneille héberge.

Eternel solitaire, masse formidable,
Des premiers rayons de l’aube jusqu’au soir,
Sur la radieuse falaise tremble
La noire ombre de son désespoir.

Il gémit au ciel que le soir voile
Quand tout douloureusement se terre
Et toute la nuit conte aux étoiles
L’amère solitude de cette terre.


 Traduit du serbe par Vesna Bernard-Radović

 

ЈОВАН ДУЧИЋ

Б О Р

Голем и мрачан, невесело,
Стоји, безимен као травка;
У њему хучи горско врело,
И ноћу преспи једна чавка.

Усамљен вечно, страшна грмен,
У први сунчев тренут сјања,
Низ озарену баци стрмен,
Црни сен свога очајања.

А ноћу небу завихори,
Кад зна да болно све занемље –
И звездама по сву ноћ збори
Горке самоће ове земље.

 


 
Tous les mois <

Jefimija_2