Drainac portrait 2

 Rade Drainac

 
 
 
 


II


     LE POÈME DU MOIS : MARS 2018

 

RADE DRAINAC
(1899-1943)

 

 

[EROTICON] XIX

 

Non, je ne suis pas somnambule,
mais je te vois dans ce rêve d’extase.
Ta bouche humide s’ouvre pour éteindre l’incendie du ciel,
la flèche de la lune perce le bout de ton sein.

Je rêve sur l’herbe :
tes doigts mettent la tendre flute dans les douces lèvres
pour que les tons de la conception en jaillissent.

Vais-je pleurer de joie
si je découvre une pleine lune sur ton ventre ?

Skoplje, Belgrade, Zagreb, Paris, 1919-1922.


Traduit du serbe par Boris Lazić

 

РАДЕ ДРАИНАЦ

[ЕРОТИКОН] XIX


Не, нисам месечар,
али те видим у овом сну екстазе.
Уста су твоја влажна и отворена да огасе пожар неба,
врх твоје дојке пробија стрела месеца.

Сањам на трави:
меку флауту твоји прсти стављају у слатке усне
да из ње кану тонови оплођења.

Да ли ћу заплакати срећно
ако пуни месец спазим на трбуху твоме?

Скопље, Београд, Загреб, Париз, 1919-1922.

 

In : Раде Драинац, Дела, приредио Гојко Тешић,
Завод за уџбенике и наставна средства, Београд, 1999.

 

Tous les mois <     

Jefimija_2

 

LAZA KOSTIĆ
(1841-1910)

PARMI LE REVE ET LE REVEIL

O mon cœur abandonné,

qui t’appela devant mon seuil ?

fileuse de rêves sans fin

toi qui files des fils tant fins

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur encor fou,

que fais-tu de fils pareils ?

telle la fileuse tranquille*,

ce que jour file, nuit effile,

parmi le rêve et le réveil.

O mon cœur courroucé,

évite-moi ce dur écueil !

car alors comment se fait-il

que je te perds dans tous ces fils

parmi le rêve et le réveil !

*    En original : Pletilja stara, Fileuse ancienne. Le poète fait allusion à Pénélope. [N.d.T.]

                                                            Traduit du serbe par Kolja Mićević

In Les Saluts slaves, Editions « Kolja Mićević », Paris-Belleville, 2002, p. 80.