Une histoire d’amour à neuf combinaisons
« où chacun compose son menu selon ses gouts »

Milorad Pavić :
Pour toujours et un jour de plus / Zauvek i dan više

pièce dramatique, 1993*

Présentation de l’auteur

Pavic Zauvek i dan vise

Zauvek i dan više

 

MENU THÉÂTRE
(Sommaire)

hors d’œuvres :

Papillons à la vapeur, sauce tartare
Œuf à la façon khazare
Poisson au sel des bois du cerf

plat principal :

Petkoutine et Kalina

desserts :

Fleurs confites
Café noir
Pomme

Dans le Journal de Genève, André Clavel a comparé le Dictionnaire khazar à « une auberge où chacun compose son menu selon ses goûts ». Cette remarque pertinente peut s’appliquer également à ce que j’écris en ce moment. J’aimerais donner aux spectateurs, metteurs en scène et aux directeurs de théâtres la possibilité d’avoir une plus grande indépendance vis-à-vis de l’écrivain et de participer davantage à l’écriture de ce texte dramatique.

La pièce ainsi créée pourrait vraiment être comparée à un menu de restaurant. De même que le menu est habituellement composé de plusieurs hors d’œuvres, d’un ou de plusieurs plats principaux et d’un choix de desserts pour finir, afin que le client compose son repas selon son goût, de même ma pièce Pour toujours et un jour de plus se présente comme « un menu de théâtre ».

A cet effet, je propose la structure de menu théâtral suivante : 3+1+3 (trois « hors d’œuvre » interchangeables, un « plat principal » et trois « desserts » interchangeables pour la fin). Le spectateur, le metteur en scène ou le directeur du théâtre peuvent, donc, choisir n’importe laquelle des trois premières parties de la pièce et n’importe laquelle des trois fins. Mais, et seulement dans de rares cas, on pourrait commander plusieurs « hors d’œuvre » ou plusieurs « desserts » lors du même dîner.

Ce qui permettrait à cette dramatique histoire d’amour entre Petkoutine et Kalina de se conclure par un happy end dans un théâtre, une fin tragique dans un autre, et de façon différente dans un troisième.

Ainsi, si on prend en compte toutes les possibilités, l’histoire d’amour de Petkoutine et Kalina pourrait avoir neuf combinaisons et les spectateurs pourraient assister à neuf représentations différentes selon le texte et la mise en scène. Bien entendu, chaque version correspondrait au drame classique qui nous est familier. Mais on a la possibilité d’aller plus loin que ce minimum. Plus le spectateur verra de versions, plus large sera sa perception de l’histoire d’amour de Petkoutine et Kalina et de ses dénouements possibles, car les trois premières parties sont reliées entre elles tout comme les trois fins de la pièce Pour toujours et un jour de plus.

En conclusion : le spectateur peut choisir la fin de la représentation qu’il souhaite, le metteur en scène le type dramatique qui lui convient le mieux, et le théâtre peut prévoir un projet commun avec d’autres théâtres. Il existe encore d’autres possibilités : si les différentes versions sont jouées dans des villes différentes, on peut faire des échanges ou bien un théâtre peut, par exemple, présenter trois différentes mises en scène pendant plusieurs jours, etc. Enfin, on peut prévoir « un festival de la même pièce » pendant lequel l’histoire d’amour de Petkoutine et Kalina serait présentée en neuf versions, mises en scène par neufs metteurs en scène et jouées par neufs troupes différentes.

Et comme c’est la coutume pendant un dîner, ici aussi, la pause viendrait avant le dessert.

Milorad Pavić

* Première mondiale au Théâtre d’Art de Moscou (Théâtre académique de Tchékhov, fondée en 1897 par Stanislavski) en 2002.

Traduit du serbe par Maria Bejanovska 


Date de publication : mars 2018

   A lire :
> Un extrait de cette pièce

DOSSIER SPÉCIAL : MILORAD PAVIĆ

 

Date de publication : juillet 2014

 

> DOSSIER SPÉCIAL : la Grande Guerre
- See more at: http://serbica.u-bordeaux3.fr/index.php/revue/sous-la-loupe/164-revue/articles--critiques--essais/764-boris-lazic-les-ecrivains-de-la-grande-guerre#sthash.S0uYQ00L.dpuf

Le poème titré "Salut à la Serbie", écrit en janvier 1916, fut lu par son auteur Jean Richepin (1849-1926) lors de la manifestation pro-serbe des alliés, organisée le 27 janvier 1916 (jour de la Fête nationale serbe de Saint-Sava), dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. A cette manifestation assistèrent, â côté de 3000 personnes, Raymond Poincaré et des ambassadeurs et/ou représentants des pays alliés.

Grace à l’amabilité de Mme Sigolène Franchet d’Espèrey-Vujić, propriétaire de l’original manuscrit de ce poème faisant partie de sa collection personnelle, Serbica est en mesure de présenter à ses lecteurs également la photographie de la première page du manuscrit du "Salut à la Serbie".