R é é d i t i o n


Grande guerre des ecrivains


Miloš Tsernianski / Crnjanski

Le Roman de Londres


Traduit par Velimir Popovic

Traduction revue et corrigée
Postface de Vladimir Dimitrijević


Les éditions Noir sur Blanc
Collection La bibliothèque de Dimitri
2021

Première édition : L’Âge d’Homme, 1922

Présentation de l’éditeur

« J’ai écrit ce roman à Finchley, dans la banlieue de Londres, en 1946-1947. À une époque où ma femme et moi étions très proches du suicide. »

Inspiré par la propre expérience de l’auteur, roman d’une modernité étourdissante et au lyrisme enivrant, Le Roman de Londres suit le destin d’un exilé russe et de sa femme à Londres après la Seconde Guerre mondiale. Le prince Repnine et son épouse Nadia errent dans une ville qui les ignore, ils s’efforcent d’exister dans le désespoir de l’inappartenance. Dès le début de leur histoire se dessine la terrible voie du prince pour échapper au désespoir. Cette fatalité déterminera le cours de ce roman épique, rappelant la difficulté de l’homme à vivre dans la confusion de l’époque contemporaine.

Livre de toutes les personnes déplacées, portrait d’une ville tentaculaire, Le Roman de Londres est en même temps un roman d’amour poignant et une réflexion profonde sur le libéralisme effréné.

*

ils en parlent…

« Un roman ESSENTIEL enfin réédité. »
Claire Renaud, Librairie Atmosphère

*

« Foisonnant, visionnaire et sans concession, comme on aime. »
Marie-José Brélaz, Vigousse

*

« Menée de façon vivante et percutante, cette fiction dense tient autant du roman d’amour que de la tragédie. »
Marc-Olivier Parlatano, Le Courrier

*

« Les traumatismes de l’exil sont explorés au scalpel d’une lucidité tantôt désespérée tantôt bouffonne, mais transcendés par une foi inébranlable en l’amour humain. Un pur joyau. »
Élisabeth Barillé, Le Figaro magazine

*

Voir aussi :

Françoise Genevray :

« Le Roman de Londres : une "migration" solitaire »

*

Miloš Crnjanski / Tsernianski (1893 - 1977)

Crnjanski 2 

Miloš Crnjanski est considéré comme l’une des figures majeures de la littérature serbe du XXe siècle. Et pour cause : poète à la sensibilité raffinée et romancier au style unique, incomparable, ce fervent adepte d’une esthétique moderniste n’a cessé, d’un livre à l’autre, de réinventer son écriture tout en démontrant que l'on peut aller toujours plus loin dans l'exploration de nouveaux moyens d'expression littéraire. Enfant de son siècle, marqué à jamais par les fureurs de l’Histoire – les guerres et l’exil – cet écrivain, tel un Ulysse moderne, n'a pas cessé non plus, toute sa vie durant, de chercher une Ithaque salutaire au dépit des nombreux naufrages qu’il n’a pas pu ou su éviter. Le fruit de cette double quête est son œuvre qui se présente à la fois comme une puissante méditation sur la misère et la grandeur de l'homme, et comme un univers bien singulier où se côtoient les mondes réel et utopique, l’histoire et la métaphysique.  ( Voir : le texte intégral)